BRIEFEZ-NOUS

Envie de travailler avec nous ?

Nous sommes disponibles sur rendez-vous, pour vous rencontrer et discuter de vos projets.

Creo Ergo Sum
slave_to_the_rhythm_new_york_1986_jean_paul_goude_jpg_1673
VeryPeri
VisuelChimères
Portrait robot_1
Chimères
Retours aux projets

Je crée donc je suis, ou la pensée qui rebat Descartes en 2022

Les tendances ne font plus recette face à tant de changements sociétaux. Donc pas de prophéties pour 2022, plutôt une philosophie, une approche créative face aux doutes des mois à venir, une chance de se ré-inventer, ensemble, de construire de nouvelles stratégies de communication, responsables et innovantes pour vos marques. Il ne s’agit plus tant de devancer les crises, mais bien de les absorber, voir d’en faire des opportunités.

Et si on mettait nos égos de côté pour jouer collectif, mélangeons nos cultures et nos visions, créons un autre monde, coopératif, responsable et créatif, un courant altern’actif qui accepte l’imprévu, l’aléatoire, et les équipes hybrides…?

Créo Ergo Sum

…ou la pensée qui rebat Descartes

A l’origine, Cogito Ergo Sum est apparu dans Discours de la méthode de Descartes en 1637. Cette formule affirme que la pensée est indissociable de l’existence, donc que le sujet tire la certitude de son existence du fait qu’il pense. Contextuellement, le XVIIe siècle est une époque d’enrichissement de la pensée. De nombreuses découvertes viennent détruire l’unité politique, religieuse… de l’Europe. L’homme est donc perdu dans un monde incertain où rien n’est sûr sauf l’erreur. Descartes définit donc son Cogito comme une attitude humaine qui revendique une forme de pensée contraire à celle des autorités de l’Eglise, et proclame son droit à l’existence par la pensée.

Le parallèle avec l’époque que nous vivons est alors questionnable. Une période riche de changements sociétaux qui remettent en cause nos croyances que l’on pensait acquises sur un socle social, politique et religieux… et voilà que nous enchaînons les déconvenues écologiques, ou encore que nous découvrons qu’un virus peut empêcher le monde de tourner en moins de 6 mois. Alors quand beaucoup parlent de résilience, je préfère parler de créativité. Cette créativité qui nous aide à évoluer, non en évitant les obstacles pour les laisser derrière nous, mais en nous poussant à faire avec, de manière consciente et non subie. Prendre les épreuves comme une opportunité. Celle de se ré-inventer en questionnant nos acquis.

Couleur de l'année 2022

Le bleu Very Peri de Pantone nous propose d'aller de lavande

« Alors que nous entrons dans un monde de changements sans précédent, le Pantone Very Peri (17-3938) offre une nouvelle perspective et une nouvelle vision de la famille des bleus, bien connue et appréciée, en englobant les qualités des bleux avec une touche de rouge-violet, ce bleu exprime uen attitude vive et joyeuse et une présence dynamique qui encourage la créativité courageuse et l’expression imaginative. »

Leatrice Eiseman, Directrice executive du Pantone Color Institute

Le concept visuel

Portraits Chimériques

Imaginée pendant un des confinements, cette série de portraits est une réflexion sur l’identité face aux enjeux d’un monde où l’on se voile la face. C’est aussi une réflexion sur l’identité collective. Ou comment existons nous dans un processus collaboratif ? Comment positionner notre égo et faire corps avec l’autre tout en créant un hybride plus performant ?

Ces créations chimériques ont finalement un vrai ancrage dans la réalité et dans notre quotidien, c’est une représentation du travail d’équipes et de ce que chacun apporte avec lui, elle,… iel ?

Cela développe bien sûr le thème de la Création. Et quand on parle de création, comment ne pas parler d’inspirations, d’identités, de références. Nous sommes riches de ce que nous absorbons, nous assimilons le travail des autres, nous ré-écrivons l’histoire, et au final créons de manière hybride des visuels qui font écho avec nos propres histoires, nos expériences. Et c’est justement là que le travail de création collective prend son sens, créant de facto un mix qui devient une création à part entière.

S’inspirer, est-ce créer ? Un titre musical avec un sample est bien une création à part entière dès lors que l’artiste vient y apporter sa part, sa touche et son regard sur le monde actuel. Il joue juste sur la mémoire collective et affective, pour faire passer un nouveau message.

Comment ne pas penser au travail de Jean-Paul Goude en voyant le résultat de nos expérimentations. Volontaire, ou inconscient ? Conscient je vous dis. Il fait partie de ma culture personnelle, et ce que j’en retiens dans cette démarche, c’est un esprit de collages, spontané, ne cherchant pas la perfection mais plutôt la spontanéité, l’inattendu, une certaine forme de hasard. On ne cherche pas de vérité absolue, mais on questionne la réalité, nos perceptions. Alors inspiration consciente, oui mais dans une approche de filiation respectueuse, et surtout en y apportant un tout autre contexte.

Cela parle aussi à notre inconscient collectif en faisant référence aux portraits robots, cette association de parties distinctives du visage permettant de re-créer le portrait à partir des souvenirs laissés. Donc de ce qui nous distingue des autres, nos traits identitaires. Et qui ne s’est jamais dit en voyant un portrait robot, que ce visage fantasmé paraissait toujours un brin surréaliste ? Il l’est car il reste une interprétation, un ressenti qui ajoute les émotions vécues lors de la rencontre avec le portraitisé. C’est ce qui fait que ces portraits sont toujours si anxiogènes dans le cas de meurtriers, car ils portent les peurs, les traumas, et qu’ils dépeignent quelque chose que nous ne maîtrisons pas, un inconnu, quelque chose de presque abstrait. Il y a aussi un dernier point non négligeable sur ce concept photographique. Le renvoi à l’enfance. C’est une part de mon histoire personnelle que je partage, un souvenir ému de mes jeunes années et de mes premiers livres où l’on pouvait créer des personnages fantasmatiques en tournant des pages découpées en bandes. Ça parle à certains ?

Alors au final, ai-je créé une œuvre originale, ou est-ce seulement la somme de ce que j’accepte de partager. De ce que je suis ? Je crée donc je suis ?

Pour aller plus loin

Précédent PINK PUNK PROUT
cwyk-visuel

Nous contacter

30 rue Lavoisier
35000 RENNES
02 99 78 09 09

Nous contacter Mentions légales